V.-Nightmares / Fluid Mechanics

Présentation

Thierry Smits consacre l’année 2007 à une suite de quatre créations, inspirées des Quatre Saisons de Vivaldi, qui formeront au final un spectacle fleuve. Les saisons n’y sont pas envisagées de manière descriptive, mais dans leur correspondance avec des états du corps, à l’opposé de la mièvrerie généralement associée aux Quatre Saisons.

Fluid Mechanics constitue le premier tableau de ce « quadriptyque ». Thierry Smits y aborde le thème du printemps à travers les fluides corporels, le désir sexuel et les parades de séduction. Il conduit ici son travail sur deux axes, l’un kitsch et l’autre plus formel, tous deux reliés par un texte en anglais, tant dit qu’enregistré, de Peter Verhelst. La sexualité se révèle ainsi à travers une esthétique « pop » et la nudité omniprésente se décline au rythme de multiples couleurs. Parfois proche d’un peep-show contemporain, ce paradis perdu que nous dévoile le chorégraphe se développe autour d’une corporalité légère avant de se refermer, en prémisses annonciateurs de l’été, sur une vision des corps beaucoup plus violentée et exploser dans un chaos libérateur entre matières plastiques, plumes et divers liquides.

Presse

Presse

[...] la Compagnie Thor est un argument convaincant en faveur de la suprématie de la Belgique comme foyer de la danse contemporaine. Bien qu'elle se rapproche parfois du performance art – et elle connait l'histoire de l'art –, la compagnie n'abandonne jamais les principes clé de la technique et du rythme, et ses expérimentations servent à étendre les possibilités sans jamais réveiller de fausse nouveauté. V.-Nightmares expose la pertinence d'une pièce musicale abandonnée à la popularité et la banalité dans une fusion vigoureusement moderne de danse et de live art.

Ballet Magazine, G. K. Vile, 02/08

 

Il a fallu un an au chorégraphe belge et à sa Compagnie Thor pour rassembler ces concepts autour de divers éléments, dont, e. a., des textes, musiques, vidéos et pyrotechnies. Le résultat est stupéfiant : provocateur, poétique, profondément touchant et, malgré ce côté exténuant tant pour le corps que pour l'esprit, interprété avec une grâce et une honnêteté omniprésentes.

The Herald - Glasgow, M. Brennan, 25/02/08

 

Cycle de vie et de mort, cauchemar... Le chorégraphe belge Thierry Smits s'empare des Quatre Saisons de Vivaldi et accouche de V.-Nightmares, un spectacle hybride et fascinant, aux frontières des genres et des disciplines. [...] Smits réalise ici un spectacle fort, mêlant esthétisme et images dérangeantes, tableaux vivants et moments chorégraphiques époustouflants, musique baroque et compositions électroniques, avec une force et une maturité nouvelle.

Arte News, M. Dubois, 11/07

 

[...] « Fluid Mechanics » est sans doute, des quatre pièces, la plus emblématique de l'esthétique camp [...] que cultive parfois la Cie Thor. [...] La danse, par instants séminale, souvent épouse la performance. L'entrée en matière pourra choquer les plus frileux. Or c'est aussi ainsi que, dans la vie, tout commence. [...]
Jouissances et douleurs, naissances et disparitions : l'ambitieuse et ambigüe matière de ces cauchemars troublants est hantée par le temps, qui lie et qui dénoue, qui passe et qui suspend.

La Libre Belgique, M. Baudet, 9/11/07

 

En février dernier, Thierry Smits présentait le premier volet d’une création en quatre temps sur les Quatre saisons de Vivaldi, composition revisitée par l’électronique du compositeur Maxime Bodson. Après un hiver aux accents rituels d’une beauté trouble et noirâtre, place au Printemps ! Nudité claire, entre sensualité exsudée et sexualité affichée, texte charnel du poète flamand Peter Verhelst, goût pour le doucement provoc et pour le kitsch, une caméra, des plumes, du miel… Quelques éléments d’un quatuor qui entremêle avec un malin plaisir les images contrastées et plonge petit à petit dans une atmosphère tous azimuts aux intonations plutôt trash. Le printemps chez Thierry Smits n’a rien de fleur bleue !

OH, Le Vif / L’Express, 11/05/2007

 

Autre temps, autre lieu, autre saison! Cette fois, c’est au Varia et au printemps que vous convie ce chorégraphe qui retrouve ici son goût pour le nu, pour le sexe (toutes sexualités comprises) et pour les imageries «camp» (sub-culture gay, pourrait-on traduire), sans oublier quelques accents doucement provoc ou équivoques, le tout pimenté de scènes franchement kitsch ou décalées... A ceci s’ajoute encore un texte trouble de Peter Verhelst, une caméra, des plumes, de l’eau, du miel... En dire plus, glisser davantage dans le détail, serait gâcher le plaisir de la surprise. Car voici une pièce qui vous embarque dans un 100% fantasme scénique où abondent les changements de direction et les superpositions d’images presque opposées (glauque, absurde, poétique, sexuelle, sensuelle...). C’est très clair: le printemps selon Thierry Smits est sexe, trash ‘n’ chaotique! Hautement baroque également. Certes, très loin des clichés du genre, mais baroque malgré tout... Quant à Vilvaldi, il est plus clairement présent que dans ICE, même s’il est toujours aussi respectueusement «trituré» par Maxime Bodson. Diablement surprenant que tout ceci.

OH, Zone 02, 09.05.07

Tournée

Tournée

Première 09/05/2007 CC Evergem Evergem
15/05/2007 Theater Het Vervolg/Derlontheater Maastricht (NL)
17-19/05/2007 Théâtre Varia Bruxelles
24/05/2007 De Velinx Tongeren
7-10/11 & 20-21/11/2007 Kaaitheater Bruxelles
15/12/2007 De Velinx Tongeren
08/01/2008 Stadsschouwburg Groningen
17-18/02/2008 Musiekteater Baltoppen Ballerup (DK)
22,23/02/2008 New Territories Glasgow (UK)
02-03/06/2008 International Dance Week Festival Zagreb (CRO)
09-13/12/2008 Théâtre Varia Bruxelles
23/01/2009 CC Berchem Antwerpen
31/01/2009 Les Ecuries Charleroi
07/03/2009 Kortrijkseschouwburg Kortrijk
27/05/2009 Arnhemseschouwburg Arnhem (NL)

Photos
previous
dezoom next
show