Présentation

« Toumaï », qui signifie « Espoir de vie » dans la langue gorane parlée au Sahara central, fait référence aux enfants nés pendant la saison sèche quand la survie est la plus aléatoire. C’est aussi le surnom donné aux restes fossiles d’un primate retrouvé au Tchad, potentiel chaînon manquant de l’évolution vers le genre humain, trait d’union symbolique qui nous relie à l’ensemble de la vie sur Terre.

 

La dernière création de Thierry Smits puise son inspiration dans le registre de la dystopie. Humour, tragédie et poésie sont convoqués pour élaborer des visions contrastées, sortes d’hallucinations, esquissant une humanité à venir en situation de post effondrement bio-climatique. Elles en tressent les corps déboussolés, les imaginaires en plein déni, les pulsions violentes, les mémoires assourdies de fureurs productivistes et les oublis des combats éco-féministes. Ce sombre tableau, laisse peu de place à l’espérance, hormis dans quelques images fugaces que l’on retient au passage en fonction de nos capacités respectives à rester optimistes et ce n’est pas sans rappeler la crise sanitaire qui nous éprouve.

Portée par une distribution cosmopolite et articulée autour d’un énigmatique container noir, lui-même chorégraphié, Toumaï transcrit en situations plastiques, sonores, incarnées et radicales, notre futur possible entre catastrophe et résilience.

Les corps traversés de désirs et animés par l’espoir de vie cherchent des moyens de résoudre les questions de transition ou d’adaptation auxquelles ils sont inéluctablement soumis et les visions décrivent les différentes voies qu’ils explorent sans en privilégier aucune.

En cinq parties, le spectacle interroge le consumérisme et l’extractivisme débridés. Comment les corps vont-ils réagir si ce mode de vie auquel ils sont habitués et dont ils se repaissent devait s’arrêter ? Sans doute seront-ils d’abord affectés par la perte de leurs acquis, et puis… ? Vont-ils se remettre en cause, établir des stratégies plus ou moins solidaires de survie ?

Des créations sonores basées sur des sons industriels directement extraits des chaînes de production et de distribution ponctuent et déchirent ces paysages hallucinés interrompus de noirs plateaux. Des voix off fusent également et scandent leurs convictions ; ce sont celles, minorisées, qui depuis un demi-siècle alertent, luttent et proposent des alternatives. Face à l’inconséquence généralisée, elles tentent de réaffirmer l’interconnexion et les valeurs fondamentales qui nous lient.

Les conditions sanitaires ne nous permettent pas de vous montrer la dernière production de Thierry Smits en live et de vous accueillir dans l’enceinte du Studio Thor pour le moment. Nous réservons ce moment pour des jours meilleurs (janvier-février 2022).

La diffusion des spectacles et événements en ligne est devenu un incontournable pour les acteurices du secteur culturel. Cependant, nous sommes conscient.e.s de la lassitude que peut générer la multiplication de ce type de contenus et de formats qui ne remplacent en rien le caractère chaleureux et intimiste d’une salle de théâtre.

Cependant, grâce au travail des danseureuses, des équipes et des différents soutiens, la compagnie vous propose de retrouver Toumaï en version filmée au plus près de l’action en attendant votre venue. La direction de la photographie ainsi que le montage ont été réalisés par Stanislav Dobak, assisté par Jacques André.

La plateforme Citerne.live propose une interface interactive et qualitative pour le visionnage de cette œuvre. Plusieurs performances, spectacles et festivals sont également disponibles sur cette plateforme internationale dédiée à la danse.

La diffusion du film Toumaï débutera aujourd’hui, jeudi 8 avril à 19h pour une durée de trois mois.

Lien : https://www.citerne.live/events/toumai

Infos

DATE CONTENU
2021/04/08 08.04 > 24.06.2021
Citerne.live, The Internet
Réservations